31ème Dimanche

Jésus s'invite

 

Sagesse 11, 23 - 12, 2
Psaume 144
2 Thessaloniciens 1, 11 - 2, 2
Luc 19, 1-10

Le personnage de Zachée est connu et apprécié de beaucoup d'enfants qui vont au catéchisme. Ils ont en commun avec lui d'être petits par la taille, spontanés, prompts à la joie et à la générosité, même si, par ailleurs, ils sont bardés de défauts.
Le décor évite de reprendre l'image habituelle de Zachée perché sur son sycomore, afin de signifier plutôt la joie de recevoir Jésus qui s'est invité, la joie des chrétiens qui, le dimanche, accueillent sa Parole et son Pain de Vie.
Une suggestion : afficher le mot " bienvenue " en belles lettres décorées, à côté du lectionnaire pour que les enfants, dans une première prise de parole, expriment à qui s'adresse ce souhait. D'évidence, ils penseront à eux, enfants et adultes présents. Mais penseront-ils à Jésus qui s'invite dès que deux ou trois sont réunis en son nom ?



Jésus s'invite
Zachée reçoit Jésus chez lui (évangile).
Recevoir quelqu'un chez soi, c'est plus qu'une invitation à un repas. Loger, c'est participer à la vie de la maisonnée. L'invitation la plus plaisante qu'un enfant puisse faire à un autre n'est-ce pas qu'il vienne dormir à la maison ?
Le retournement, la conversion de Zachée que saint Luc souligne, n'est pas à base de culpabilité, mais de joie de recevoir Jésus. Cette approche différente, positive, de la conversion du pécheur, convient mieux aux enfants (et à beaucoup d'adultes) qu'une pression morbide et enfermante sur leur état de pécheur.


la joie de célébrer
La joie des enfants de Dieu qui se rassemblent pour célébrer celui qui " est venu chercher et sauver ce qui était perdu ".

l'évangile selon saint Luc (19, 1-10)
La rencontre de Jésus et de Zachée.

 


Rechercher ensemble : de quelle générosité se sent-on capable ? comme Zachée qui rend " 4 fois plus ".
Pour être précis, chacun dessine l'objet de sa générosité, tel jeu, tel trésor, etc.
Puisque, à la messe, Jésus s'invite chez nous, nous sommes capables comme Zachée de générosité qui exprime notre joie. Aussi, l'ensemble des dessins est affiché autour du mot " bienvenue ".



. Accueil et question posée : à qui s'adresse le mot affiché "Bienvenue" ?
. Lecture : évangile de Luc (19, 1-10).
. Action : objets de générosité, dessinés.
. Chant de joie : " Que soit béni le nom de Dieu " A 245.


. Le mot à afficher : " Bienvenue ".


urs de sa marche à vers le désert, le peuple d'Israël, à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Moïse: "Pourquoi nous avoir fait monter d'Égypte ? Etait-ce pour nous faire mouÉvangile de Jésus Christ selon saint Luc



En ce temps-là, entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : " Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. " Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : " Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. " Zachée, debout, s'adressa au Seigneur : " Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. " Alors Jésus dit à son sujet : "Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. "

 

r"Copyright AELF - Tous droits réservés"

 

Parole en plus

Dans les récits évangiles il y a parfois des détails et des situations amusantes qui retiennent l'attention, comme dans cette rencontre de Zachée et de Jésus qui traverse la ville de Jéricho. C'est tout l'art du récit, du conteur, de l'écrivain - ici saint Luc - qui réussit à nous intéresser à deux personnes singulières plutôt sympathiques : un percepteur, petit bonhomme jovial qui se détache d'une foule anonyme et grimpe sur un sycomore ( et pourquoi pas un eucalyptus !), et puis Jésus qui s'invite sans façon chez lui au risque de faire des jaloux (pourquoi pas chez moi, plutôt que chez Zachée, trop connu des contribuables … il nous pique nos sous …). Mais il ne faut pas en rester là, au détail curieux et situation amusante, car la dernière phrase du récit, la plus importante, est la clef de l'histoire : Le Fils de l'homme, c'est à dire Jésus, est venu chercher et sauver ce qui était perdu. D'où l'on peut déduire que tout n'est pas perdu, tout n'est pas pourri ; il y a des justes, des gens honnêtes, 99% de brebis fidèles pour une qui est perdue et qu'il faut aller sauver selon la parabole.
L'histoire de Zachée et sa conclusion (le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu) est donc un message d'espérance à double titre. D'une part ce qui est perdu peut être sauvé dans la rencontre avec Jésus - témoin, Zachée -, d'autre part tout le reste, les autres, ceux qui n'ont pas besoin de médecin, n'ont pas besoin d'une attention particulière, sans pour autant être oubliés de Dieu, restent ses enfants bien-aimés, bien gardés et protégés (les 99% du troupeau).
Ce message d'espérance de l'évangile est pour aujourd'hui - Tout n'est pas perdu dans son avenir incertain - et ce qui est perdu peut être sauvé. La rencontre de l'autre, Jésus, qu'on cherche à voir, est source de salut et de joie pour toute la maison. Jésus s'invite chez l'homme pécheur.
Par ailleurs, le monde est beau, l'humanité a plein de ressources de vie et d'amour.
Dieu s'invite et toute la maisonnée peut en profiter.

Gémo

 

 

 



















 

Chaque dimanche et jour de fête :

La liturgie de la parole de l'Église Catholique présentée, vivante et active.
Un texte choisi parmi les lectures de la messe, et une idée à mettre en œuvre.
Pour célébrer en paroisse, en groupe, en famille.

Pour réfléchir et prier quand on est seul.